{POESIE} Oeuvres des grands poètes de ce monde

Lieux d'expression pour tous, le café des arts héberge vos créations (Poésie, dessins, histoires...). Attention, rien ne doit porter sur Harry Potter !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Prométhée
Auror
Auror
Messages : 1163
Inscription : 10 avr. 2003, 10:12
Localisation : entre deux mondes...

Message par Prométhée »

Tiptap a écrit :J'ai une petite question pour le demi titan, il est de qui le poème??
d'un internaute ^^
et puis JE suis un TITAN, un vrai de vrai ^^ :evil:
ImageImage

Un bon forumeur est celui qui sait se modérer. ^^
Samael a écrit :Mon secret : la modestie :lol: :lol:
Smokman a écrit : Je sais, je sais, je suis très bête et très con... NA !

Avatar de l’utilisateur
Ùnelaï
Elfe de traduction
Messages : 298
Inscription : 24 mars 2003, 23:33
Localisation : Québec

Message par Ùnelaï »

bon, ça fait un mois que personne est passé ici, mais je m'en fous, je veux juste vous copier 2 poèmes que j'aime bien... commençons avec un brin de poésie Québécoise, avec Saint-Denys Garneau, considéré comme le premier poète de la poésie moderne au Québec...
voici, extrait de Regards et jeux dans l'espace, partie «Enfants», «Portrait».

«C'est un drôle d'enfant
C'est un oiseau
Il n'est plus là

Il s'agit de le retrouver
De le chercher
Quand il est là

Il s'agit de ne pas lui faire peur
C'est un oiseau
C'est un colimaçon.

Il ne regarde que pour vous embrasser
Autrement il ne sait pas quoi faire
]avec ses yeux

Où les poser
Il les tracasse comme un paysan sa casquette



Il lui faut aller vers vous
Et quand il s'arrête
Et s'il arrive
Il n'est plus là

Alors il faut le voir venir
Et l'aimer durant son voyage.»

Et voici «Cette dame a un piano...», tiré du Gardeur de troupeaux, poésies d'Alberto Caeiro (Fernando Pessoa)

«Cette dame a un piano
qui est agréable mais qui n'est pas le cours des fleuves
ni le murmure que font les arbres...

Pourquoi faut-il qu'on ait un piano?
Le mieux est qu'on ait des oreilles
et qu'on aime la Nature.»

Avatar de l’utilisateur
O'neill
Lecteur assidu
Messages : 181
Inscription : 25 juil. 2005, 17:52
Localisation : Glane des rubis sur la plaine d'Hyrule
Contact :

Message par O'neill »

Malheureusement les poèmes de Jules Verne ne sont pas autant connus que ses romans. J'adore particulièrement celui-là: Tempête et Calme.
Il est un peu long mais est vraiment superbe. :)

L'ombre
Suit
Sombre
Nuit ;
Une
Lune
Brune
Luit.

Tranquille
L'air pur
Distille
L'azur ;
Le sage
Engage
Voyage
Bien sûr !

L'atmosphère
De la fleur
Régénère
La senteur,
S'incorpore,
Evapore
Pour l'aurore
Son odeur.

Parfois la brise
Des verts ormeaux
Passe et se brise
Aux doux rameaux ;
Au fond de l'âme
Qui le réclame
C'est un dictame
Pour tous les maux !

Un point se déclare
Loin de la maison,
Devient une barre ;
C'est une cloison ;
Longue, noire, prompte,
Plus rien ne la dompte,
Elle grandit, monte,
Couvre l'horizon.

L'obscurité s'avance
Et double sa noirceur ;
Sa funeste apparence
Prend et saisit le coeur !
Et tremblant il présage
Que ce sombre nuage
Renferme un gros orage
Dans son énorme horreur.

Au ciel, il n'est plus d'étoiles
Le nuage couvre tout
De ses glaciales voiles ;
Il est là, seul et debout.
Le vent le pousse, l'excite,
Son immensité s'irrite ;
A voir son flanc qui s'agite,
On comprend qu'il est à bout !

Il se replie et s'amoncelle,
Resserre ses vastes haillons ;
Contient à peine l'étincelle
Qui l'ouvre de ses aquilons ;
Le nuage enfin se dilate,
S'entrouvre, se déchire, éclate,
Comme d'une teinte écarlate
Les flots de ses noirs tourbillons.

L'éclair jaillit ; lumière éblouissante
Qui vous aveugle et vous brûle les yeux,
Ne s'éteint pas, la sifflante tourmente
Le fait briller, étinceler bien mieux ;
Il vole ; en sa course muette et vive
L'horrible vent le conduit et l'avive ;
L'éclair prompt, dans sa marche fugitive
Par ses zigzags unit la terre aux cieux.

La foudre part soudain ; elle tempête, tonne
Et l'air est tout rempli de ses longs roulements ;
Dans le fond des échos, l'immense bruit bourdonne,
Entoure, presse tout de ses cassants craquements.
Elle triple d'efforts ; l'éclair comme la bombe,
Se jette et rebondit sur le toit qui succombe,
Et lé tonnerre éclate, et se répète, et tombe,
Prolonge jusqu'aux cieux ses épouvantements.

Un peu plus loin, mais frémissant encore
Dans le ciel noir l'orage se poursuit,
Et de ses feux assombrit et colore
L'obscurité de la sifflante nuit.
Puis par instants des Aquilons la houle
S'apaise un peu, le tonnerre s'écoule,
Et puis se tait, et dans le lointain roule
Comme un écho son roulement qui fuit ;

L'éclair aussi devient plus rare
De loin en loin montre ses feux
Ce n'est plus l'affreuse bagarre
Où les vents combattaient entre eux ;
Portant ailleurs sa sombre tête,
L'horreur, l'éclat de la tempête
De plus en plus tarde, s'arrête,
Fuit enfin ses bruyants jeux.

Au ciel le dernier nuage
Est balayé par le vent ;
D'horizon ce grand orage
A changé bien promptement ;
On ne voit au loin dans l'ombre
Qu'une épaisseur large, sombre,
Qui s'enfuit, et noircit, ombre
Tout dans son déplacement.

La nature est tranquille,
A perdu sa frayeur ;
Elle est douce et docile
Et se refait le coeur ;
Si le tonnerre gronde
Et de sa voix profonde
Là-bas trouble le monde,
Ici l'on n'a plus peur.

Dans le ciel l'étoile
D'un éclat plus pur
Brille et se dévoile
Au sein de l'azur ;
La nuit dans la trêve,
Qui reprend et rêve,
Et qui se relève,
N'a plus rien d'obscur.

La fraîche haleine
Du doux zéphir
Qui se promène
Comme un soupir,
A la sourdine,
La feuille incline,
La pateline,
Et fait plaisir.

La nature
Est encor
Bien plus pure,
Et s'endort ;
Dans l'ivresse
La maîtresse,
Ainsi presse
Un lit d'or.

Toute aise,
La fleur
S'apaise ;
Son coeur
Tranquille
Distille
L'utile
Odeur.

Elle
Fuit,
Belle
Nuit ;
Une
Lune
Brune
Luit.
"La magie n'existe pas" (Les Nouvelles chroniques de Krondor t-1)

Avatar de l’utilisateur
Nibelheim
Lecteur inconditionnel
Messages : 543
Inscription : 04 oct. 2005, 10:29
Localisation : Dans ses Ailleurs ...
Contact :

Message par Nibelheim »

Une structure très intéressante, en tout cas ... :D
Merci de nous l'avoir fait découvrir ^^

Avatar de l’utilisateur
papsou_picsou
B.C.B.G. de la Gazette
Messages : 1826
Inscription : 11 oct. 2005, 18:48
Localisation : Dans les sables mouvants de l'obsession
Contact :

Message par papsou_picsou »

Nibelheim a écrit :Une structure très intéressante, en tout cas ... :D
Je crois que c'est la meme que "les djiins" de Victor Hugo ...
Image R.E.S.C.A.P.É.E de l'envers du CFLM
Gellert Grindelwald a écrit :Cest pour ça que je n'ose plus poster... :peur:

Avatar de l’utilisateur
Prométhée
Auror
Auror
Messages : 1163
Inscription : 10 avr. 2003, 10:12
Localisation : entre deux mondes...

Message par Prométhée »

papsou_picsou a écrit :
Nibelheim a écrit :Une structure très intéressante, en tout cas ... :D
Je crois que c'est la meme que "les djiins" de Victor Hugo ...
Exact ^^ il faudrait que je retrouve le poème
ImageImage

Un bon forumeur est celui qui sait se modérer. ^^
Samael a écrit :Mon secret : la modestie :lol: :lol:
Smokman a écrit : Je sais, je sais, je suis très bête et très con... NA !

Avatar de l’utilisateur
paycheck
Lecteur inconditionnel
Messages : 564
Inscription : 17 déc. 2004, 19:48
Localisation : Autre part que où je ne suis pas!

Message par paycheck »

Prométhée a écrit :
papsou_picsou a écrit :
Nibelheim a écrit :Une structure très intéressante, en tout cas ... :D
Je crois que c'est la meme que "les djiins" de Victor Hugo ...
Exact ^^ il faudrait que je retrouve le poème
Il est un peu quelque page avant... titan de pacotille :twisted:

^^ Sinon j'aime beaucoup ce poeme de Jules ^^ !!!! (mais je trouve c*n de dire a chaque fois "ouai j'aime beaucoup" patati patata... ça gache le topic ^^" ... ! postez un poeme en meme temps que votre réaction :roll: enfin bref ... po grave .........
Image "le dieuX" :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Fanny Radcliffe
Lecteur occasionnel
Messages : 96
Inscription : 22 août 2003, 15:01
Localisation : dans les bras de mon chéri et près de mon bébé
Contact :

Message par Fanny Radcliffe »

tous les poèmes déjà postés sont beaux mais pour ma part le meilleur (si on peut dire) est Mon rêve familier de Verlaine
je le met, pour mon plaisir :)

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! Cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.
I solemnly swear that I am up to no good...

Avatar de l’utilisateur
Nibelheim
Lecteur inconditionnel
Messages : 543
Inscription : 04 oct. 2005, 10:29
Localisation : Dans ses Ailleurs ...
Contact :

Message par Nibelheim »

Un auteur que j'aime beaucoup. Simplicité, concision.
Et vérité ...
Quand il écrit le pronom : Il
Au début d'une vers,

On dirait assez souvent
Qu'il a fait un Je,

Car le I devient grand comme un J
Et le i petit comme un e.

Donc Il
N'est pas forcément un autre.
(Qui)
Ce qui n'est pas dans la pierre
Ce qui n'est pas dans le mur de pierre et de terre,
Même pas dans les arbres,
Ce qui tremble toujours un peu,

Alors, c'est dans nous.
(Où)

Avatar de l’utilisateur
Ùnelaï
Elfe de traduction
Messages : 298
Inscription : 24 mars 2003, 23:33
Localisation : Québec

Message par Ùnelaï »

Voici 2 poèmes d'un très grand poète Québécois, Gaston Miron. Tirés de L'homme rapaillé

«Compagnon des Amériques
Québec ma terre amère ma terre amande
ma patrie d'haleine de la touffe des vents
j'ai de toi la difficile et poignante présence
avec une large blessure d'espace au front
dans une vivante agonie de roseaux au visage

je parle avec les mots noueux de nos endurances
nous avons soif de toutes les eaux du monde
nous avons faim de toutes les terres du monde
dans la liberté criée de débris d'embâcle
nos feux de position s'allument vers le large
l'aïeule prière à nos doigts défaillante
la pauvreté luisant comme des fers à nos chevilles

mais cargue-moi en tui pays, cargue-moi
et marche au rompt le coeur de tes écorces tendres
marche à l'arête de tes dures plaies d'érosion
marche à tes pas réveillés des sommeils d'ornières
et marche à ta force épissure des bras à ton sol

mais chante plus haut l'amour en moi, chante
je me ferai passion de ta face
je me ferai porteur de ton espérance
veilleur, guetter, coureur, haleur de ton avènement
un homme de ton réquisitoire
un homme de ta patience raboteuse et varlopeuse

un homme de ta commisération infinie
l'homme artériel de tes gigues
dans le poitrail effervescent de tes poudreries
dans la grande artillerie de tes couleurs d'automne
dans tes hanches de montagnes
dans l'accord comète de tes plaines
dans l'artésienne vigueur de tes villes
devant toutes les litanies
de chats-huants qui huent dans la lune
devant toutes les compromissions en peaux de vison
devant les héros de la bonne conscience
les émencipés malingres
les insectes des belles manières
devant tous les commandeurs de ton exploitation
de ta chair à pavé
de ta sueur à gages

mais donne la main à toutes les rencontres, pays
toi qui apparais
par tous les chemins défoncés de ton histoire
aux hommes debout dans l'horizon de la justice
qui te saluent
salut à toi territoire de ma poésie
salut les hommes et les femmes
des pères et mères de l'aventure»

Seul et seule
«Si tant que dure l'amour
j'ai eu noir
j'ai eu froid
tellement souvent
tellement longtemps
si tant que femme s'en va
il fait encore
encore plus noir
encore plus froid
tellement toujours
toujours tellement»

Avatar de l’utilisateur
Sly
Lecteur fanatique
Messages : 2020
Inscription : 15 août 2005, 15:52
Skype : slyyyth
Je suis : Une sorcière
Localisation : Là où la marque m'appellera.

Message par Sly »

Paul Eluard a écrit :Entre tous mes tourments entre la mort et moi
Entre mon désespoir et la raison de vivre
Il y a l'injustice et ce malheur des hommes
Que je ne peux admettre il y a ma colère

Il y a les maquis couleur de sang d'Espagne
Il y a les maquis couleur du ciel de Grèce
Le pain le sang le ciel et le droit à l'espoir
Pour tous les innocents qui haïssent le mal

La lumière toujours est tout près de s'éteindre
La vie toujours s'apprête à devenir fumier
Mais le printemps renaît qui n'en a pas fini
Un bourgeon sort du noir et la chaleur s'installe

Et la chaleur aura raison des égoïstes
Leurs sens atrophiés n'y résisteront pas
J'entends le feu parler en riant de tiédeur
J'entends un homme dire qu'il n'a pas souffert

Toi qui fus de ma chair la conscience sensible
Toi que j'aime à jamais toi qui m'as inventé
Tu ne supportais pas l'oppression ni l'injure
Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre
Tu rêvais d'être libre et je te continue.


Dit de la force de l'amour
A.F.R.I.C.A.N. Q.U.E.E.N. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
Lola Black
L.I.O.N de la Gazette
Messages : 718
Inscription : 06 mars 2003, 21:51
Localisation : Par monts et par vaux...

Message par Lola Black »

Une chanson de Noir Désir mais qui pour moi a des airs de poésie...
Je n'ai pas peur de la route
Faudrait voir, faut qu'on y goûte
Des méandres au creux des reins
Et tout ira bien

Le vent l'emportera

Ton message à la grande ourse
Et la trajectoire de la course
A l'instantané de velours
Même s'il ne sert à rien

Le vent l'emportera
Tout disparaîtra
Le vent nous portera

La caresse et la mitraille
Cette plaie qui nous tiraille
Le palais des autres jours
D'hier et demain

Le vent les portera

Génétique en bandoulière
Des chromosomes dans l'atmosphère
Des taxis pour les galaxies
Et mon tapis volant lui

Le vent l'emportera
Tout disparaîtra
Le vent nous portera

Ce parfum de nos années mortes
Ceux qui peuvent frapper à ta porte
Infinité de destin
On en pose un, qu'est-ce qu'on en retient?

Le vent l'emportera

Pendant que la marée monte
Et que chacun refait ses comptes
J'emmène au creux de mon ombre
Des poussières de toi

Le vent les portera
Tout disparaîtra
Le vent nous portera
Image

Avatar de l’utilisateur
Allyloo
B.L.A.I.R.E.A.U de la Gazette
Messages : 808
Inscription : 28 oct. 2005, 13:48

Message par Allyloo »

Un de mes auteurs préféré (si ce n'est mon préféré) est Ronsard, j'adore tout particulièrement ses poèmes dédiés à Marie.

Continuation des amours
Ronsard a écrit : Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,
Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie,
Faites cela vers moi dont votre nom vous prie,
Votre amour ne se peut en meilleur lieu donner.

S'il vous plaît pour jamais un plaisir demener,
Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie,
Pendus l'un l'autre au col, et jamais nulle envie
D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener.

Si faut-il bien aimer au monde quelque chose :
Celui qui n'aime point, celui-là se propose
Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Sans goûter la douceur des douceurs la meilleure.
Eh, qu'est-il rien de doux sans Vénus ? las ! à l'heure
Que je n'aimerai point, puissé-je trépasser !
Marie, levez-vous, ma jeune paresseuse :
Jà la gaie alouette au ciel a fredonné,
Et jà le rossignol doucement jargonné,
Dessus l'épine assis, sa complainte amoureuse.

Sus ! debout ! allons voir l'herbelette perleuse,
Et votre beau rosier de boutons couronné,
Et vos oeillets mignons auxquels aviez donné,
Hier au soir de l'eau, d'une main si soigneuse.

Harsoir en vous couchant vous jurâtes vos yeux
D'être plus tôt que moi ce matin éveillée :
Mais le dormir de l'Aube, aux filles gracieux,

Vous tient d'un doux sommeil encor les yeux sillée.
Çà ! çà ! que je les baise et votre beau tétin,
Cent fois, pour vous apprendre à vous lever matin.
Ha ! que je porte et de haine et d'envie
Au médecin qui vient soir et matin
Sans nul propos tâtonner le tétin,
Le sein, le ventre et les flancs de m'amie !

Las ! il n'est pas si soigneux de sa vie
Comme elle pense, il est méchant et fin :
Cent fois le jour ne la vient voir, qu'à fin
De voir son sein qui d'aimer le convie.

Vous qui avez de sa fièvre le soin,
Je vous supplie de me chasser bien loin
Ce médecin, amoureux de m'amie,

Qui fait semblant de la venir panser :
Que plût à Dieu, pour l'en récompenser,
Qu'il eût mon mal, et qu'elle fût guérie !
Comme on voit sur la branche au mois de may la rose,
En sa belle jeunesse, en sa premiere fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au poinct du jour l'arrose ;

La grace dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embasmant les jardins et les arbres d'odeur ;
Mais batue ou de pluye, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt, fueille à fueille déclose.

Ainsi en ta premiere et jeune nouveauté,
Quand la Terre et le Ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuee, et cendre tu reposes.

Pour obseques reçoy mes larmes et mes pleurs,
Ce vase pleine de laict, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses.
¤Heavy cross¤

Avatar de l’utilisateur
Sly
Lecteur fanatique
Messages : 2020
Inscription : 15 août 2005, 15:52
Skype : slyyyth
Je suis : Une sorcière
Localisation : Là où la marque m'appellera.

Message par Sly »

J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance
De la voix qui m'est chère?

J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
Sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l'amour et toi, la seule
qui compte aujourd'hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.

J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu'il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu'a être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre
Cent fois que l'ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

Robert Desnos, "Corps et biens".
A.F.R.I.C.A.N. Q.U.E.E.N. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
papsou_picsou
B.C.B.G. de la Gazette
Messages : 1826
Inscription : 11 oct. 2005, 18:48
Localisation : Dans les sables mouvants de l'obsession
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par papsou_picsou »

Peut-être y est-il déjà mais bon ...
Gérard de Nerval a écrit :El Desdichado


Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.


Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.


Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...


Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
Image R.E.S.C.A.P.É.E de l'envers du CFLM
Gellert Grindelwald a écrit :Cest pour ça que je n'ose plus poster... :peur:

Répondre

Revenir à « Café des arts »