{POESIE} Oeuvres des grands poètes de ce monde

Lieux d'expression pour tous, le café des arts héberge vos créations (Poésie, dessins, histoires...). Attention, rien ne doit porter sur Harry Potter !
Avatar de l’utilisateur
Tappu Nottep
Auror
Auror
Messages : 2825
Inscription : 07 janv. 2010, 00:18
Je suis : Une sorcière
Localisation : in the Court of the Crimson King
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Tappu Nottep »

Parce que c'est cruellement de saison, et que ce poème me tient à cœur pour des raisons diverses.
Chant d'automne

I

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

II

J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
Douce beauté, mais tout aujourd'hui m'est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l'âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant aimez-moi, tendre cœur ! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
Amante ou sœur, soyez la douceur éphémère
D'un glorieux automne ou d'un soleil couchant.

Courte tâche ! La tombe attend ; elle est avide !
Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l'été blanc et torride,
De l'arrière-saison le rayon jaune et doux !


Baudelaire, les Fleurs du Mal (Spleen et Idéal)
Image
N.I.H.I.L.I.S.T.E. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
Pantalaemon
Rédacteur en chef
Rédacteur en chef
Messages : 7011
Inscription : 29 juin 2007, 16:49
Je suis : Un sorcier
Mon pseudo Pottermore : CielSombral35
Localisation : Parmi les ruines de vers brisés.
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Pantalaemon »

Il y a eu quelques tableaux, après tout, et comme je suis un grand poète de ce monde (gazettien) et que c'est mon œuvre, ceci à toute sa place ici 8-)

"Le côté obscure de la lumineuse âme animale de l'Homme"
Spoiler (cliquez pour révéler) :
 
Avec, en prime, l'analyse parfaitement pointilleuse de Allie, une magnifique dithyrambe (pléonasme ? :scratch: ) sur le sens profond que l'artiste a pu attacher à sa réalisation.
Allie a écrit : A travers ce titre on sent tout à fait le paradoxe de l'artiste ! Choisir de qualifier l'œuvre de "côté obscure" alors que le matériau utilisé est clair l'inclut dans le courant surréaliste et les Ready-Made. Par le titre, l'artiste donne toute sa force à l'œuvre et la transforme, tout comme Duchamp avait de son temps transformé un urinoir en fontaine. Ainsi, par son choix, Panta transforme cette matière pâle en côté obscure. Cette couleur pâle est également représentative de l'intitulé "lumineuse âme". On peut ici se poser une question supplémentaire. L'artiste pense-t-il réellement que l'âme humaine est lumineuse, ou réalise-t-il une antithèse qui donnerait à son œuvre un deuxième sens de lecture ? Si nous partons du principe que cette seconde hypothèse est la bonne, "le côté obscure" deviendrait alors le côté lumineux, rejoignant une fois de plus le choix d'un matériau clair. Et enfin, attardons-nous sur la dernière partie du titre, "âme animale de l'homme", qui s'applique cette fois à la forme de l'œuvre. En effet, les arabesques réalisées par l'artiste démontre toute la bestialité d'un comportement animal. Et si l'on observe mieux, on peut remarquer que cela représente également un homme dansant (la danse étant d'une certaine manière une parade amoureuse dans le but de séduire, comportement fréquemment utilisé par les animaux). La silhouette de cette homme est de plus dotée d'une queue et de deux oreilles/cornes, ce qui le rapproche d'autant plus de sa condition animale première.

Ceci est une tentative pour faire un peu vivre le café des arts ; ça s'appelle une installation dans le langage artistique moderne. On fait vivre un lieu différemment, en l'occurrence ce topic, en y installant un truc qui n'y a pas tout à fait sa place. on ne supprime pas SVP :mrgreen:
Image
You don’t have sex near unicorns. It’s an ironclad rule. It’s tacky. (JK Rowling)
Known. Some. Call. Is. Air. Am.

Avatar de l’utilisateur
Tappu Nottep
Auror
Auror
Messages : 2825
Inscription : 07 janv. 2010, 00:18
Je suis : Une sorcière
Localisation : in the Court of the Crimson King
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Tappu Nottep »

Trois poèmes pour le prix d'un :D
Brise marine

La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
Fuir ! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres
D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !
Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux
Ne retiendra ce coeur qui dans la mer se trempe
Ô nuits ! ni la clarté déserte de ma lampe
Sur le vide papier que la blancheur défend
Et ni la jeune femme allaitant son enfant.
Je partirai ! Steamer balançant ta mâture,
Lève l'ancre pour une exotique nature !

Un Ennui, désolé par les cruels espoirs,
Croit encore à l'adieu suprême des mouchoirs !
Et, peut-être, les mâts, invitant les orages,
Sont-ils de ceux qu'un vent penche sur les naufrages
Perdus, sans mâts, sans mâts, ni fertiles îlots ...
Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots !

Stéphane Mallarmé (1842 - 1898)
Réponse des Cosaques Zaporogues au Sultan de Constantinople

Plus criminel que Barrabas
Cornu comme les mauvais anges
Quel Belzébuth es-tu là-bas
Nourri d'immondice et de fange
Nous n'irons pas à tes sabbats

Poisson pourri de Salonique
Long collier des sommeils affreux
D'yeux arrachés à coup de pique
Ta mère fit un pet foireux
Et tu naquis de sa colique

Bourreau de Podolie Amant
Des plaies des ulcères des croûtes
Groin de cochon cul de jument
Tes richesses garde-les toutes
Pour payer tes médicaments

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)
Complainte amoureuse

Oui dès l'instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l'amour qu'en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que je vous visse
Fallait-il que vous me plussiez
Qu'ingénument je vous le disse
Qu'avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu'enfin je m'opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez

Alphonse Allais (1854 - 1905)
Image
N.I.H.I.L.I.S.T.E. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
Lola Black
L.I.O.N de la Gazette
Messages : 718
Inscription : 06 mars 2003, 21:51
Localisation : Par monts et par vaux...

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Lola Black »

J'adore ! Surtout les deux derniers :
celui d'Apollinaire est à garder sous le coude pour insulter avec art un ennemi, notamment avec le "ta mère fit un pet foireux/ Et tu naquis de sa colique" et la suite, génial,
et la complainte amoureuse d'Allais, divinement drôle avec cette conjugaison ampoulée !
Beau pastiche de Raymond Queneau, trouvé dans un forum littéraire :
Dans un livre de Queneau, Courir les rues - Battre la campagne - Fendre les flots

Rue Paul Verlaine

Je fais parfois le rêve étrange et pénétrant
d'une rue en étain blanchâtre et maternelle
l'un et l'autre trottoir palpite comme une aile
tandis que sa chaussée a tout son poids d'étant

Les ruisseaux de plomb pur s'écoulent dans l'étang
qu'engloutit une bouche à béance immortelle
à chaque extrémité s'inscrit une marelle
que ne traverse point le vulgaire pénétrant

Sous un ciel de titane un seul toit promeneur
lentement se déplace au-dessus des bâtisses
où grouille un animal qui ressemble à ma soeur

Calme en son sicamor incertaine et factice
cette voie a le charme amarante et boudeur
de pouvoir se plier sans perdre son odeur
Image

Avatar de l’utilisateur
Galette
B.L.A.I.R.E.A.U de la Gazette
Messages : 892
Inscription : 05 sept. 2011, 22:15
Je suis : Une sorcière
Localisation : Sur ta rétine

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Galette »

Je déterre un peu le topic avec Jacques Roubaud dont j'adore l'humour et l'espièglerie. C'est un Oulipien (et non -potterien, hélas xD) qui écrit sur Paris, il paraît qu'on peut l'apercevoir tourner dans les rues parfois et qu'on le reconnaît à ses Pataugas et son sac (il me semble, mais c'est pas très important !) : tirés de La forme d'une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains (tiré d'un poème de Baudelaire dont je ne connais pas le nom, je vois qu'il y a des amateurs sur ce site, peut-être quelqu'un le saurait), dans une section appelée "Hommage à Sébastien Bottin"

Tout naturellement

Gérard Dubois rue Emile-Dubois
Bruno Petit rue Petit
Muriel Legrand rue Belgrand
Maurice Leblanc rue Louis-Blanc

Martine Marie rue Myrrha
Raymond Marie rue du Moulin-de-la-Vierge

Chantal Maisonneuve rue de l'Exposition
Luc Maisoneuve rue des Entreprenneurs

Claudine Rousseau boulevard Voltaire

Complications

Marinette Boucher rue René-Boulanger
Jean Meunier rue des Vinaigriers
Pierre Berger rue des Meuniers

Marie-Christine Leblond boulevard Brune
Amédée Blanc boulevard Brune
Daniel Blanc rue Richard-Lenoir
Marie Blanc rue Vertbois
Jacqueline Lenoir rue Blanche

Carlo Marin rue du Mont-Cenis
Christian Marin rue du Sahel


Et deux Rimbaud, pas parmi les plus beaux mais dont les strophes de début et de fin me trottent souvent dans la tête :

L'éternité

Elle est retrouvée.
Quoi ? - L'Eternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.

Ame sentinelle,
Murmurons l'aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.

Des humains suffrages,
Des communs élans
Là tu te dégages
Et voles selon.

Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s'exhale
Sans qu'on dise : enfin.

Là pas d'espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.

Elle est retrouvée.
Quoi ? - L'Eternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.

Chanson de la plus haute tour

Oisive jeunesse
A tout asservie,
Par délicatesse
J'ai perdu ma vie.
Ah ! Que le temps vienne
Où les coeurs s'éprennent.

Je me suis dit : laisse,
Et qu'on ne te voie :
Et sans la promesse
De plus hautes joies.
Que rien ne t'arrête,
Auguste retraite.

J'ai tant fait patience
Qu'à jamais j'oublie ;
Craintes et souffrances
Aux cieux sont parties.
Et la soif malsaine
Obscurcit mes veines.

Ainsi la prairie
A l'oubli livrée,
Grandie, et fleurie
D'encens et d'ivraies
Au bourdon farouche
De cent sales mouches.

Ah ! Mille veuvages
De la si pauvre âme
Qui n'a que l'image
De la Notre-Dame !
Est-ce que l'on prie
La Vierge Marie ?

Oisive jeunesse
A tout asservie,
Par délicatesse
J'ai perdu ma vie.
Ah ! Que le temps vienne
Où les coeurs s'éprennent
F.E.V.E. D.E. C.A.C.A.O. du CFLM
Image

Avatar de l’utilisateur
strawberry
Sorcier Angoissé de Répondre aux Sujets
Messages : 1232
Inscription : 04 juil. 2008, 13:13
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : FlameAvis11804
Mes informations Pottermore : Serdaigle.
Cornouiller, Phénix, 30,5cm, malléable.

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par strawberry »

Daffodils

I wandered lonely as a cloud
That floats on high o'er vales and hills,
When all at once I saw a crowd,
A host, of golden daffodils;
Beside the lake, beneath the trees,
Fluttering and dancing in the breeze.

Continuous as the stars that shine
And twinkle on the milky way,
They stretched in never-ending line
Along the margin of a bay:
Ten thousand saw I at a glance,
Tossing their heads in sprightly dance.

The waves beside them danced; but they
Out-did the sparkling waves in glee:
A poet could not but be gay,
In such a jocund company:
I gazed--and gazed--but little thought
What wealth the show to me had brought:

For oft, when on my couch I lie
In vacant or in pensive mood,
They flash upon that inward eye
Which is the bliss of solitude;
And then my heart with pleasure fills,
And dances with the daffodils.


William Wordsworth (1770 - 1850)

Avatar de l’utilisateur
Pantalaemon
Rédacteur en chef
Rédacteur en chef
Messages : 7011
Inscription : 29 juin 2007, 16:49
Je suis : Un sorcier
Mon pseudo Pottermore : CielSombral35
Localisation : Parmi les ruines de vers brisés.
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Pantalaemon »

Le riche industriel venu du Nord était horrifié de voir le pêcheur du sud étendu paresseusement à côté de son bateau en fumant sa pipe.

-Pourquoi n'êtes-vous pas à la pêche ? demanda l'industriel.

-Parce que j'ai attrapé assez de poissons pour la journée, répondit le pêcheur.

-Pourquoi n'en pêchez-vous pas plus que vous n'en avez besoin? demanda encore l'industriel.

-Qu'est-ce que j'en ferais ? demanda à son tour le pêcheur.

-Vous pourriez gagner plus d'argent, répondit l'autre. Avec cet argent, vous pourriez ajouter un moteur à votre bateau, puis vous pourriez aller en eaux plus profondes et pêcher plus de poissons. Ce qui vous permettrait d'acheter des filets de nylon. Et ces filets vous apporteraient plus de poissons et plus d'argent. Bientôt, vous auriez assez d'argent pour posséder deux bateaux… peut-être même une flotte de bateaux. Et alors, vous seriez un homme riche comme moi.

-Qu'est-ce que je ferais alors ? demanda le pêcheur.

-Alors, vous pourriez vous asseoir et jouir de la vie, repartit l'industriel.

-Qu'est-ce que vous pensez que je fais actuellement ? rétorqua le pêcheur.
Anthony De Mello, Comme un chant d'oiseau, pp145-146
Image
You don’t have sex near unicorns. It’s an ironclad rule. It’s tacky. (JK Rowling)
Known. Some. Call. Is. Air. Am.

Avatar de l’utilisateur
Lilyrose
Rédacteur
Messages : 2909
Inscription : 15 août 2007, 10:12
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : LeviosaSkull193
Mes informations Pottermore : Serpentard (of course)
Localisation : Depuis que Snape est mort, je suis sans abris.
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Lilyrose »

Un petit poème de Tristan Corbière des Amours jaunes, "Insomnie" :
Insomnie, impalpable Bête !
N'as-tu d'amour que dans la tête ?
Pour venir te pâmer à voir,
Sous ton mauvais oeil, l'homme mordre
Ses draps, et dans l'ennui se tordre !...
Sous ton oeil de diamant noir.

Dis : pourquoi, durant la nuit blanche,
Pluvieuse comme un dimanche,
Venir nous lécher comme un chien :
Espérance ou Regret qui veille.
A notre palpitante oreille
Parler bas... et ne dire rien ?

Pourquoi, sur notre gorge aride,
Toujours pencher ta coupe vide
Et nous laisser le cou tendu,
Tantales, soiffeurs de chimère :
- Philtre amoureux ou lie amère
Fraîche rosée ou plomb fondu ! -

Insomnie, es-tu donc pas belle ?...
Eh pourquoi, lubrique pucelle,
Nous étreindre entre tes genoux ?
Pourquoi râler sur notre bouche,
Pourquoi défaire notre couche,
Et... ne pas coucher avec nous ?

Pourquoi, Belle-de-nuit impure,
Ce masque noir sur ta figure ?...
- Pour intriguer les songes d'or ?...
N'es-tu pas l'amour dans l'espace,
Souffle de Messaline lasse,
Mais pas rassasiée encor !

Insomnie, es-tu l'Hystérie...
Es-tu l'orgue de barbarie
Qui moud l'Hosannah des Élus ?...
- Ou n'es-tu pas l'éternel plectre,
Sur les nerfs des damnés-de-lettre,
Raclant leurs vers - qu'eux seuls ont lus.

Insomnie, es-tu l'âne en peine
De Buridan - ou le phalène
De l'enfer ? - Ton baiser de feu
Laisse un goût froidi de fer rouge...
Oh ! viens te poser dans mon bouge ! ...
Nous dormirons ensemble un peu.
ImageImageImage

ImageImage
R.O.S.E H.É.R.I.S.S.É.E du CFLM.

Avatar de l’utilisateur
Pantalaemon
Rédacteur en chef
Rédacteur en chef
Messages : 7011
Inscription : 29 juin 2007, 16:49
Je suis : Un sorcier
Mon pseudo Pottermore : CielSombral35
Localisation : Parmi les ruines de vers brisés.
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Pantalaemon »

Image
You don’t have sex near unicorns. It’s an ironclad rule. It’s tacky. (JK Rowling)
Known. Some. Call. Is. Air. Am.

Avatar de l’utilisateur
Billiwig
Auror
Auror
Messages : 2643
Inscription : 11 juin 2008, 09:07
Je suis : Un sorcier
Mon pseudo Pottermore : MistQuill5
Mes informations Pottermore : Poufsouffle
Localisation : Entre ici et ailleurs...

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Billiwig »

Ok, ce n'est pas un "grand poète" à proprement parler mais parce que le slam est une forme de poésie et que j'ai été littéralement happé par ce magnifique texte (en plus, il parle d'un thème qui peut faire écho en nous :P ), je vous fais part de "Cybercaféine" du grenoblois Bastien Maupomé.
Mais je vous laisse juger par vous même.

Note : si je peux vous donner un conseil, lisez-le à voix haute pour capter tous les subtilités et jeux de mots.
Cybercaféine

Quand je veux voir le monde,
J'emprunte l'autoroute de l'information,
Direction : Bab El Web
Alors, on s'connecte, on s'fait une toile ?

Ultime évolution de l'espèce, je suis l'homo informatis,
Je métisse la toile,
Depuis la vérité matérielle, vers l'irréalité de la matrice.
Virtuose de la révolution virtuelle,
Je ne vibre que pour le vertige de la vie derrière la vitre.
Fils prodige, relié à la carte mère par cordon ombilicâble,
Je suis dans l'ersatz du temps :
Expansion électrique inextricable,
J'ai même dépassé les raccords à corps,
Pour finir Wi-Fidèle parmi les fidèles,
Radio-connexion permanente.
Je suis le maillon fiable du filet de l'information
Blog trotter universel, récepteur et émetteur perpétuel,
Je ne suis qu'un relai vers l'infini, multiplié, multiplexé,
Un membre tentaculaire d'un corps qui peut devenir...
Totalitaire
Le réseau a ses raisons que la raison ne comprend pas...

Alors, on s'connecte, on s'fait une toile ?
Je me crois libre,
Mais le numérisque existe sous ce joli ciel :
Excès de codes d'accès, je suis encore plus traçable,
Quand c'est la voie digitale que j'emprunte,
Que si je laissais partout mes empreintes digitales...
Je me crois Casanova, un vrai mac derrière mon PC,
Il faut que j'me contrôle, halte au stupre !
Les rencontres ne font qu'essaimer,
Mais peut-on aimer sainement sur m.s.n ?
Je n'y crois plus. J'essaie de m'extraire.
Sans succès, damné par ce substitut de réalité.
Univers stérile, tu fais écran, depuis que j'ai HTTP...
Que j'ai acheté tes périlleuses clés d'accès.
Je mène malgré moi une double vie double vie double vie,
Ou c'est tout comme !
Attention,
Le réseau a ses raisons que la raison ne comprend pas...

Quand je veux voir le monde,
J'ouvre une fenêtre. Oui une dose !
Encore et encore des fenêtres. Oui une dose !
Je suis passé maître dans l'art de faire naître des fenêtres !
Il me faut une dose !
J'ai des oublis, des trous noirs...c'est troublant !
Mais devant l'ordinateur,
Il paraît que les barrettes rendent la mémoire vive.
Que s'est-il passé aujourd'hui dans la vraie vie ?
Je donne ma langue au tchat.
Mais...le déclic ne vient pas. J'ai l'oeil qui cligne...
Geek, enclavé derrière un clavier.

La santé qui décline...Je suis devenu esclave du clic,
Sans escale, navigant sur les pages d'un monde parallèle,
Où la grande pieuvre crache son encre,
A chaque injection intra vénéneuse de cybercaféine,
Je me laisse ainsi berner par l'éthique addictive de
l'informatique.
L'éden cybernétique n'est qu'une illusion de fibre optique.
Décidément,
Le réseau a ses raisons que la raison ne comprends pas...

Enfin, sur les autoroutes infernales de la déformation,
Je préfère me garer sur la bande d'arrêt. D'urgence,
Je dois mettre un terme net à mon internement.
Je n'ai pas su me limiter
Dans mon exploration des horizons numériques,
Il ne me reste qu'une seule solution :
Débrancher toutes les méprises...électriques.
Car...le réseau a ses raisons
Que ma raison ne veut plus comprendre.

Bastien Maupomé
A.R.M.E. B.I.O.L.O.G.I.Q.U.E du CFLMImage
Le serpent change de peau, non de nature - Proverbe persan

Avatar de l’utilisateur
Candice
H.L.M. (Honorable Lecteur Modéré)
Messages : 309
Inscription : 28 janv. 2012, 11:39
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : ChatEsprit33
Mes informations Pottermore : Serdaigle plus très active en ce moment
Localisation : Devant le miroir du risèd..

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Candice »

Voici le poème qui est tombé ce matin au bac de français pour le commentaire, j'ai beaucoup aimé..
Paul Verlaine a écrit :L'enterrement

Je ne sais rien de gai comme un enterrement !
Le fossoyeur qui chante et sa pioche qui brille,
La cloche, au loin, dans l’air, lançant son svelte trille,
Le prêtre en blanc surplis, qui prie allègrement,

L’enfant de chœur avec sa voix fraîche de fille,
Et quand, au fond du trou, bien chaud, douillettement,
S’installe le cercueil, le mol éboulement
De la terre, édredon du défunt, heureux drille,

Tout cela me paraît charmant, en vérité !
Et puis, tout rondelets, sous leur frac écourté,
Les croque-morts au nez rougi par les pourboires,

Et puis les beaux discours concis, mais pleins de sens,
Et puis, cœurs élargis, fronts où flotte une gloire,
Les héritiers resplendissants !
Image Meet me in 93, Diagon Alley.. :D

Avatar de l’utilisateur
Jinx Quill
Lecteur assidu
Messages : 110
Inscription : 02 juil. 2012, 13:35
Je suis : Une sorcière

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Jinx Quill »

Si...


Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;
Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être que penseur ;
Si tu sais être dur, sans jamais être en rage,
Si tu sais être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral et pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,
Alors les Rois les Dieux la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme mon fils !




Je suis fan de ce poème qui m'a donné les larmes aux yeux la première fois que je l'ai lu ! L'auteur l'a rédigé suite à la mort de son fils au cours de la guerre.

Avatar de l’utilisateur
Lilyrose
Rédacteur
Messages : 2909
Inscription : 15 août 2007, 10:12
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : LeviosaSkull193
Mes informations Pottermore : Serpentard (of course)
Localisation : Depuis que Snape est mort, je suis sans abris.
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Lilyrose »

Kipling ! :amour:
ImageImageImage

ImageImage
R.O.S.E H.É.R.I.S.S.É.E du CFLM.

Avatar de l’utilisateur
Billiwig
Auror
Auror
Messages : 2643
Inscription : 11 juin 2008, 09:07
Je suis : Un sorcier
Mon pseudo Pottermore : MistQuill5
Mes informations Pottermore : Poufsouffle
Localisation : Entre ici et ailleurs...

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Billiwig »

Ce poème est vraiment sublime. Je connaissais certaines phrases (dont le célèbre "tu seras un homme mon fils") mais je ne l'avais encore jamais lu en entier.
Merci à toi de l'avoir partagé.
A.R.M.E. B.I.O.L.O.G.I.Q.U.E du CFLMImage
Le serpent change de peau, non de nature - Proverbe persan

Avatar de l’utilisateur
Lilyrose
Rédacteur
Messages : 2909
Inscription : 15 août 2007, 10:12
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : LeviosaSkull193
Mes informations Pottermore : Serpentard (of course)
Localisation : Depuis que Snape est mort, je suis sans abris.
Contact :

Re: {POESIE} oeuvres des grands poètes de ce monde

Message par Lilyrose »

Comme on parle des romans d'amour dans un autre topic, ça m'a fait pensé à Jules Laforgue, qui comme à son habitude, ne traite pas le sujet avec douceur mais plutôt avec plus ou moins de cruauté surtout quand il s'agit de parler des "râteaux". C'est un peu trash par moments mais ça me fait rire ! :lol:
"Ni vous, ni votre art, monsieur." C'était un dimanche,
  • Vous savez où.
    À vos genoux,
Je suffoquai, suintant de longues larmes blanches.
L'orchestre du jardin jouait ce « si tu m'aimes »
  • Que vous savez;
    Et je m'en vais
Depuis, et pour toujours, m'exilant sur ce thème.
Et toujours, ce refus si monstrueux m'effraie
  • Et me confond
    Pour vous au fond,
Si regard incarné ! Si moi-même ! Si vraie !
Bien, maintenant, voici ce que je vous souhaite,
  • Puisque, après tout,
    En ce soir d'août,
Vous avez craché vers l'art, par-dessus ma tête.
Vieille et chauve à vingt ans, sois prise pour une autre
  • Et sans raison,
    Mise en prison,
Très loin, et qu'un geôlier, sur toi, des ans, se vautre.
Puis, passe à Charenton, parmi de vagues folles,
  • Avec Paris
    Là-bas, fleuri,
Ah ! Rêve trop beau ! Paris où je me console.
Et demande à manger, et qu'alors on confonde !
  • Qu'on croie à ton
    Refus ! Et qu'on
Te nourrisse, horreur ! Horreur ! Horreur ! à la sonde.
La sonde t'entre par le nez, Dieu vous bénisse !
  • À bas, les mains !
    Et le bon vin,
Le lait, les oeufs te gavent par cet orifice.
Et qu'après bien des ans de cette facétie,
  • Un interne (aux
    Regards loyaux !)
Se trompe de conduit ! Et verse, et t'asphyxie.
Et voilà ce que moi, guéri, je vous souhaite,
  • Coeur rose, pour
    Avoir un jour
Craché sur l'Art ! L'Art pur ! Sans compter le poète.

Jules Laforgue, Les Complaintes, « Complante des Blackboulés » (1885).
ImageImageImage

ImageImage
R.O.S.E H.É.R.I.S.S.É.E du CFLM.

Répondre

Revenir à « Café des arts »