[Musique] Tracks 3

Forum dédié aux off-topics de BoOt et Lyn ainsi que d'autres personnes :o)
Avatar de l’utilisateur
Billiwig
Auror
Auror
Messages : 2643
Inscription : 11 juin 2008, 09:07
Je suis : Un sorcier
Mon pseudo Pottermore : MistQuill5
Mes informations Pottermore : Poufsouffle
Localisation : Entre ici et ailleurs...

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Billiwig »

Alors donc, premier concert à la Halle Tony Garnier de Lyon cette semaine. Je suis allé voir Alanis Morissette dont je suis grand fan depuis plusieurs années. J’avais peur d’être loin (on ne l’appelle pas « halle » pour rien) et de ne rien voir et j’ai été agréablement surpris de découvrir qu’ils avaient mis les tribunes assez près de la scène. Du coup, j’étais quasiment pile en face et pas très éloigné du show. C'était parfait ! :D

Le concert a débuté avec I Remain de la B.O de Prince of Persia (chanson qui sera d’ailleurs coupée en 3 parties et interprétée à divers moments du concert. Une sorte de ligne temporelle musicale pour suivre l’avancement du concert et se dire qu’arriver à la troisième et dernière partie du morceau, le show ne devrait pas tarder à toucher à sa fin ?).
Après un de ses nouveaux titres (l’album n’est d’ailleurs pas encore sorti, il sortira le 28 août. Je trouve ça pas mal de faire découvrir certains titres live avant d’avoir la version album ^^) et la reprise d’un des titres de son premier CD (All I really Want), voici qu’arrive You Learn (CD Jagged Little Pill également) et avec lui les premiers cris enjoués du public.
Je n’ai plus la tracklist exacte en tête mais comme d’habitude lors de ses concerts, elle a laissé la foule chanter des morceaux des strophes de Ironic (son titre phare et sans aucun doute sa chanson la plus connue) dont notamment « An old man, turned 88 – He won the lottery – And died the next day… ». C’est d’ailleurs un moment attendu par les fans. ^^
Connaissant les paroles quasiment par cœur, je ne me suis pas fait prier. :mrgreen:

Pour ce qui est de la suite, rien de bien spécial (outre le fait que ça a envoyé du son :D) à part plusieurs changements de guitares : passant par exemple de la sèche pour Flinch à l’électrique pailletée de blanc pour Hands Clean ou la transparente pour Versions of Violence. Entrecoupé de temps à autre de son instrument fétiche : l’harmonica.
Le concert s’est fini sur la chanson à performance vocale qu’est You Oughta Know. Et comme le public était chaud et en redemandait, elle et ses musiciens sont revenus deux fois pour nous jouer des classiques.
D’ailleurs, pour l’anecdote, lorsque les gens criaient « Alanis ! Alanis ! » pour le rappel, un mec un rang derrière moi criait quant à lui « du Pastis ! du Pastis ! » (du Pastis à l'anis, c'est idiot mais ça m'a fait rire ). xD

Encore :
Hand in my Pocket : harmonica en bouche et bien sûr “high five” et “peace sign” effectués conjointement lors de la chanson, je n’en attendais pas moins.
Un grand frisson et des cris ont parcouru la foule lorsque les premières notes de piano de Uninvited ont commencé.

Encore 2 :
Thank U : quoi de plus normal que de terminer le concert par cette chanson.

Bref, j’ai beaucoup aimé, je n’ai vraiment pas été déçu par ce concert même s’il était vraiment trop court ! x)
Elle est toujours fidèle à elle –même, enjouée, tout en frénésie, à fond dans ce qu’elle chante, tantôt devant le micro à faire ses gestes bizarres des mains, tantôt réalisant ses célèbres parcours scéniques de gauche à droite et vice versa. :lol:
Seul bémol : le son très souvent saturé qui rendait les paroles difficilement audibles.
Par contre, je vais faire mon vieux rabat-joie mais c'est un peu saoulant tous ces gens qui filment le concert ! >< Ils peuvent pas apprécier tout ça en direct ?!! Je sais bien que c'est pour garder un souvenir ou le partager sur Youtube, Facebook ou que sais-je mais quand même ! Rhaaa, satanée technologie !
A.R.M.E. B.I.O.L.O.G.I.Q.U.E du CFLMImage
Le serpent change de peau, non de nature - Proverbe persan

Avatar de l’utilisateur
le mage amnésique
Auror Metallique
Auror Metallique
Messages : 4056
Inscription : 14 déc. 2003, 20:38
Localisation : A bord du Nostromo.
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par le mage amnésique »

Moins fun : Jon Lord est mort.
Le légendaire claviériste et musicien virtuose de Deep Purple à passer l'arme à gauche.
J'ai le cœur serré, cet homme était l'un de mes idoles, je l'admirais et je n'ai même jamais eu l'occasion de voir se produire. :cry: :cry:
R.I.P
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Pottermaniaque
G.U.I.D.E. de la Gazette
Messages : 1686
Inscription : 14 juil. 2010, 18:05
Mon pseudo Pottermore : SkullSouafle129
Mes informations Pottermore : Serdaigle ٩(-̮̮̃-̃)۶

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Pottermaniaque »

Youssoupha en concert gratuit à Stras' En Scène. :D
Chouette soirée entre amis, avec de la Rivella gratuite a volonté. Et Youssoupha a vraiment une bonne voix, beau concert.

:D
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
le mage amnésique
Auror Metallique
Auror Metallique
Messages : 4056
Inscription : 14 déc. 2003, 20:38
Localisation : A bord du Nostromo.
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par le mage amnésique »

Kreator + Morbid Angel au Transbordeur.

Voilà, j'allais au meilleur concert de Metal de l'année et j'étais heureux avant même de rentrer au transbo. J'y retrouvais deux potes et j'y buvais plus que de raison dans une ambiance chaleureuse et pleine de poil, éructant à l'audition de blagues sales et graveleuses sans me poser de questions, parce que c'est ça le Metal : on essaye juste de redevenir de bonne grosse bête sans pudeur et sans délicatesse, on cherche ce qu'il y a au fond de soi, qu'on ose jamais dire ni montrer et on sort tout sur la table comme des extravagants. On enlève son t-shirt et on exhibe son bide à graisse et ses tatouages ratés qu'on assume plus depuis longtemps, qu'on soit freluquet ou taillé comme des colosses, avec des costards ou du cuir/moustache tendance bâtiment, de toute façon tout le monde s'en moque : ici on est tous des animaux et on est tous venu chercher la même chose. Il est temps de purger tout ça et d'assumer pendant 5 heures qu'au fond on est des gens violent et qu'on aime ça même si socialement aujourd'hui c'est interdit de le dire.

Ça commence vraiment avec Morbid Angel.(avant ça il y a avait Fueled By fire que j'ai loupé à cause d'une ouverture des portes trop tôt, et Nile qui ne m'a pas plu) Pour moi leur presta se résumera à Maze of Torment qui m'aura littéralement mis dans un état second. Le reste du show est vraiment impressionnant et leur frontman est un vrai tueur à la présence écrasante. On ne voit que lui quasiment. La batterie est IM-PE-CCABLE et les partitions de Morbid, qui sont parmi les plus complexes aux fûts, sont un vrai nectar à bouffer en live. Leur death est super, techniquement ça m'a mit à genoux et dans la fosse ce fut pas mal. Le public n'a pas demandé longtemps avant de se lancer dans quelques pit bien velu et des pogos assez corsé mais rien de trop excessif qui empêchaient de profiter du jeu. Une mise en bouche vraiment excellente avec ce groupe légendaire du Death Metal, sûrement l'un des trois plus célèbre au monde et qui a pondu des albums devenus de vrais pierre angulaire du genre. Je reste ému d'avoir pu les voir ainsi dans une petite salle.

Ensuite vient Kreator...
Je ne sais pas comment vous raconter Kreator. En peu de mots : ce fut sublime. Leur meilleur show que j'ai pu voir et l'un des tout meilleur concert de ma vie.
La set-list d'abord, était aux petits oignons avec beaucoup de partitions de leur dernier album (qui est une tuerie) mais aussi beaucoup de classiques rarement jouer en live et qui nous ont fait bondir comme Betrayer ou Extreme Agression. Tout c'est enchainé sans pose, sans temps morts et sans chute de rythme pendant une heure trente.
Dés le début du concert sur Phantom Antichrist ils nous ont annoncé la couleur : préparez-vous parce qu'on va vous envoyer au tas. Dans la fosse le temps s'arrête et la violence qu'on attendait vient sans se faire prier: c'est la furie et la baston de partout, le public est tout entier vendu à la cause du groupe et Kreator prêche sa paroisse. La demie heure passe et la fosse est un enfer paradisiaque.
Le son est parfait et puissant : on entend bien toutes les guitares et la batterie est suffisamment en retrait pour ne pas souffrir du syndrome Morbid Angel et prendre trop d'espace sonore. Les décors sont très travaillés, nombreux et des sculptures immenses ornent la scène. Certaines sont vraiment effrayantes, représentants des éléments architecturaux dont jaillissent des visages déformés et surinés de partout. A l'arrière, des diables sous forme d'animaux pervertis semblent nous charger et un effet de relief donnent au tout une aura maléfique. Je ne parle pas des têtes tranchées accrochées à la batterie, on est dans le kitsch le plus total mais surtout le plus totalement maîtrisé et on en tire le meilleur (je ne sais plus quel sculpteur s'est occupé de leur scène mais il est assez connu apparemment).
Le seul point noir c'est que les lumières étaient basses sur scène et qu'on a pas vu le visage des membres du groupe une seule seconde ou alors très peu, entre deux rayon de rouge ou de jaune ici ou là. Il y a aussi les discours pseudo politicards de Petrozza mais on y fait plus trop attention depuis.
Bref une magistrale réussite, une absolue boucherie dans tout les sens du terme, ne souffrant quasiment aucun défaut, avec un final ultra violent sur un enchaînement sans pause Flag of Hate/ Tormentor qui a parachevé de nous mettre au tapis. Time to raise the flag of hate, nous disent-ils avant de commencer avec la chanson éponyme, he bien j’attends avec impatience de pouvoir de nouveau hisser le drapeau la prochaine fois que je les verrais.
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Scab
Amateur de la Gazette
Messages : 296
Inscription : 03 juin 2013, 03:16
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : DawnPotion15909
Mes informations Pottermore : Maison : Serpentard
Baguette : Ebène, 31.25 cm, Dragon

Re: La bande son de vos vies.

Message par Scab »

Alors, j'ignore si c'est la peine que je créé un nouveau topic pour cela, je vais donc tout poster ici:

Alors, pour ceux n'ayant jamais assister à un Hellfest, il est réparti en 6 scènes plus ou moins thématiques. The Valley (stoner, sludge, prog etc...), The Temple (Black, Pagan, Folk...), The Altar (Death, Black-death etc...), Mainstage 1 & 2 (heavy, trash, gros groupes) et The Warzone (core, punk).
De même, je tiens à préciser que j'écoute beaucoup de black, et que cela va se ressentir au niveau des groupes vus, n'en déplaise au Mage Amnèsique :(



C'est en touriste que je me suis rendue au Hellfest cette année, l'affiche ne me motivant que très peu. Et de fait, on ne pourra pas dire que j'étais à fond dedans. La majorité des concerts vu s'est fait de loin et sans réellement être transportée par la musique. En effet, outre la programmation peu alléchante à mon goût, le son s'est révélé assez perturbant sur une bonne partie des concerts vu, notamment sur quelques lives aux Mainstages et surtout dans The Temple. A l'inverse, le son était parfait dans The Valley et à la Warzone (oui, j'ai mis les pieds là-bas).
Mais qu'importe, excepté deux / trois groupes qui m'ont convaincu de venir, c'est avant tout pour passer un bon moment avec des amis j'ai souhaité rejoindre cette édition du « Disneyland pour metalhead ».
Je vais tenter de rassembler les quelques souvenirs qu'il me reste, mais ne parlerais en détail que des concerts m'ayant vraiment marqué.


VENDREDI


Journée creuse selon mon emploi du temps. J'avoue n'avoir même pas fait l'effort d'aller découvrir de nouvelles formations, et me suis contentée des groupes entourés sur mon programme (j'ai même oublié d'aller en voir certain tant la motivation me faisait défaut).
J'ai donc débuté la journée avec Aura Noir, que je n'avais encore jamais vu sur scène. Une véritable énergie, c'est indiscutable, mais le son ne leur rendit absolument pas justice. Un peu plus et nous aurions cru écouter du Motorhead. Bien dommage pour un groupe d'une telle qualité.
Je me rendit ensuite voir Europe, et comme je m'y attendais, la foule, pourtant nombreuse, ne prêta aucunement attention au début du set, et ne se mit à bouger qu'au fameux final « The final countdown », raison pour laquelle la quasi-totalité du public était présent.
Je me souviens avoir ensuite assisté au live d'Absu et de The Carpathian Forest, mais visiblement, je n'ai pas été particulièrement marqué par ces derniers. Je me rappelle en revanche que la qualité sonore sur Absu était tout bonnement atroce.

SAMEDI

Techniquement, cette nouvelle journée aurait du être intéressante. Mais à force d'abuser des bonnes choses, je l'ai commencée sur un échec retentissant, puisqu'en dépit de mon réveil, je fut incapable de me lever voir Heil Militia.
Résignée, je me contentais d'attendre la fin d'après midi pour revoir Kampfar une fois de plus. Constatant que le show ne changeait pas d'un pouce et que décidément, je m'ennuyais ferme, je me laissais portée par des mélodies provenant du chapiteau voisin (The Valley) et découvrit Karma to Burn, un excellent groupe de stoner pour lequel j'ai eu un véritable coup de foudre. Premier vrai coup de cœur du week-end !

Je traînais ensuite mes savates vers le live d'Accept, qui se révéla très agréable malgré mon manque d'intérêt pour le groupe. Enfin vint l'heure de ZZ Top, l'un des groupes que je souhaitais absolument voir. Bien que le son m'ait clairement gâché le concert, j'ai adoré voir sur scène les célèbres barbus faire tourner leurs guitares. Je me suis sentie redneck dans l'âme, et étais prête à investir dans une Harley pour parcourir les route coiffée d'un immense chapeau texan et d'une perruque peroxydée.
Mais déjà leur set s'achève. Je me rend alors au Temple voir Finntroll. Show très professionnel, un son pour une fois très correct. C'était sympathique.
J'assiste ensuite au début de Kiss. Alors il est vrai qu'ils ont fait de véritables efforts de mise en scène et que musicalement, ils tiennent encore très bien la route, mais moi qui voulais juste me moquer d'eux, je repartie dégoûtée avant la fin, me disant que finalement, ils n'étaient toujours pas morts. Fichtre.
En allant me placer pour Immortal, je réussie à assister à la fin du live de Candlemass, qui, ma foi, envoyait du sacré pâté. Ne connaissant pas su tout cette formation, je décrétais qu'elle entrait dans la catégorie « A creuser ».

Quelques minutes plus tard, c'est au tour d'Immortal d'entrer sur scène. Toujours aussi nul, toujours aussi bon, toujours aussi amusant. Mais un sérieux coup de barre me tombe dessus, et je songe à écourter le concert afin de chercher du carburant. Peine perdue, dès ma sortie du chapiteau, je fut happée par le groupe se produisant à coté, Cult of Luna. Bim, deuxième claque.

DIMANCHE

Sans conteste le jour le plus intéressant selon mon petit programme. Je débute en fin d'après-midi par un petit Korpliklaani histoire de se remettre en jambe. J'écoutais ça gamine, et n'était pas du tout au fait des derniers albums. Quelle déception ! Tout ce qui faisait le coté festif et rigolo du groupe est passé à la trappe, et j'assiste à une pénible parodie de néo-Finntroll. Dommage.
J’enchaîne avec Wintersun, et m'endors littéralement debout.
Après une pause-camping, je retourne bravement affronter la foule pour assister au live du phénomène Lordi. Et j'ai adoré. Les costumes sont vraiment géniaux, et ils se donnent du mal pour offrir au public une prestation sortant un peu de l’ordinaire. Scénario bidon et effet spéciaux kitsch, tout y passe pour notre plus grand plaisir. Finalement, de ce groupe, on retient à peine la musique, mais le décors marque !
Je m'empresse de rejoindre la Warzone afin d'assister au concert des Punish Yourself, que j'attendais avec impatience. C'est là que j'ai vraiment commencé à me réveillé, et ai chanter en cœur les refrains tant connu tout en sautillant allègrement sur les pieds de mes voisins. Ce qui est absolument génial avec ce groupe, c'est qu'il est impossible de s'ennuyer durant leur set. Vous n'aimez pas bien ce morceau ? Peu importe, des performers sont là pour vous distraire en jouant avec le feu, des scies ou en enchaînant les chorégraphies.
J'ai terminé au premier rang, le sourire au lèvre.

Une fois le concert fini, j'ai filé me glisser dans la foule du Temple pour voir Cradle of Filth, parce que quand même, j'ai commencé le noir metal avec eux. Je me laisse le temps d'écouter deux ou trois morceaux et de voir Dani sautiller et faire le poisson rouge, puis me dépêche de rejoindre la Mainstage 01 pour me placer pour Ghost, dernier concert de la soirée.
C'est Volbeat qui jouait à cette heure ci, et j'avoue ne pas avoir detesté. L'attente ne fut donc pas trop ardue.
Enfin, l'heure approche.
L'heure tant attendue.
L'heure de Ghost.
Je campe avec détermination mon troisième rang.
L'intro retenti. Les musiciens entrèrent en scène. Quelque seconde plus tard, c'est au tour de Papa Emeritus II.
Comment décrire ce concert ? C'est assez difficile de mettre des mots dessus, tant le voyage est « personnel ». Je suis tout simplement en transe.
Un peu inquiète au début, cependant, car Papa Emeritus n'a pas la voix qui porte DU TOUT. Le son de la voix me semble bien faible, mais j'oublie bien vite ce détail tant je suis hypnotisée par le moindre de ses faits et gestes et par les mélodies à la fois aériennes et malsaines.
La communication avec le public est cependant laborieuse. En effet, le metalhead primaire ne réagir en concert qu'à base de « YEAAAAAAAH » et de « A PWAL ». Or, le chanteur nous en demande beaucoup, et une majorité du public ne sait trop comment répondre ou interpréter ses gestes.
C'est que Ghost est assez déstabilisant (puis mine de rien, assez peu connaissait vraiment le groupe).
Mais Papa Emeritus réagit avec un humour pince sans rire ravageur et fait rire pas mal de monde.
Au bout d'un moment, la voix semble enfin être bien réglée, et ce n'en devient que plus enlevé. Mais deux minutes plus tard, panique ! Alors que Genesis débute, le son des guitares et basses est brusquement coupé.
Les musiciens continuent néanmoins jusqu'à la fin du morceau, dans un silence de mort de la part du public, qui s'interroge à voix basse.
Ghost part en coulisse un moment, et chacun se demande si le groupe sera en mesure d'assurer le reste du show.
Enfin ils reviennent, et c'est avec un son impeccable qu'ils poursuivent le concert.
C'est tout simplement transcendant, je suis complètement transportée (beaucoup de « transe » dans cette phrase, n'est-il pas?). Nous avons droit à un rappel d'une demi-heure, puis à un magnifique final « Monstrance Clock » chanté - tant bien que mal- avec le public.
Le retour à la réalité fut difficile.


Image
I.N.Q.U.I.S.I.T.R.I.C.E. du CFLM
Imagehttp://www.scabocracy.com

Avatar de l’utilisateur
Tappu Nottep
Auror
Auror
Messages : 2825
Inscription : 07 janv. 2010, 00:18
Je suis : Une sorcière
Localisation : in the Court of the Crimson King
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Tappu Nottep »

Je me suis permis de déplacer ton message dans un endroit où il aura moins de chances d'être noyé par le flux des liens musicaux de l'autre topic. :)
(je repasserai pour répondre quand je l'aurai lu, mais déjà, merci pour ce compte-rendu !)
Image
N.I.H.I.L.I.S.T.E. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
le mage amnésique
Auror Metallique
Auror Metallique
Messages : 4056
Inscription : 14 déc. 2003, 20:38
Localisation : A bord du Nostromo.
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par le mage amnésique »

Super !
D'abord merci pour ton CR plutot complet et pour avoir pris le temps de le rédiger :zen: .
De même, je tiens à préciser que j'écoute beaucoup de black, et que cela va se ressentir au niveau des groupes vus, n'en déplaise au Mage Amnèsique
Pas de panique, j'aime bien le Black tant qu'on ne tombe pas trop proche des Burzum, Mayhem et de leurs rejetons de la NSBM (enfin, mes valeurs morales sont assez médiocres en fin de compte puisque j'avoue que j'adore Dissection alors qu'on connaît bien la triste histoire de tonton Jön...).
J'ai donc débuté la journée avec Aura Noir, que je n'avais encore jamais vu sur scène. Une véritable énergie, c'est indiscutable, mais le son ne leur rendit absolument pas justice. Un peu plus et nous aurions cru écouter du Motorhead. Bien dommage pour un groupe d'une telle qualité.
Ah dommage. Si j'avais été là j'aurais sûrement été les voir mais ton retour est inquiétant et confirme déjà tout le mal que j'ai déjà entendu dire du son de cette année.
Je me rendit ensuite voir Europe
Je ne comprend toujours pas ce qu'ils font dans des fests de Metal ceux-là. :roll: .C'est quand même pas The Final Countdown qui leur a ouvert les portes du milieu non ? Bref j'ai un peu de mal avec ce groupe.
Je traînais ensuite mes savates vers le live d'Accept, qui se révéla très agréable malgré mon manque d'intérêt pour le groupe.
Tu m'étonnes, Accept quoi ! :mrgreen: .
En allant me placer pour Immortal, je réussie à assister à la fin du live de Candlemass, qui, ma foi, envoyait du sacré pâté. Ne connaissant pas su tout cette formation, je décrétais qu'elle entrait dans la catégorie « A creuser ».
Raaaah la chance, t'auras vu Candlemass avant la fin de leur carrière ! Bon dieu ce que j'aurais voulu assister ne serais-ce qu'a un tout petit bout de leur show avant qu'ils tirent leur révérence...
CR de Ghost
J'ai connu ça avec Mekong Delta et Coroner et leurs « Thrash tech prog je sais pas quoi » particulièrement exigeant et nécessitant une attention et une implication vraiment très forte de la part du public. Pour moi ça n'aura pas marcher, ça rentrait en contradiction avec la catharsis brutal que je recherche mais dans le cas d'un ghost je pense que la sauce aurait prise.
Bref ça donne vraiment envie de les voir et l'anecdote sur la coupure du son est top génial haha :lol:
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Bastet
Auror
Auror
Messages : 5458
Inscription : 29 avr. 2004, 12:47
Je suis : Une sorcière
Localisation : A droite des pyramides

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Bastet »

J'adore ton dessin ! :mrgreen:
Image ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
littlemimi
Lecteur fanatique
Messages : 2106
Inscription : 19 janv. 2008, 16:21
Je suis : Une sorcière
Localisation : Asgard
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par littlemimi »

J'ai eu ça dans la tête toute la journée quasiment.

Le pire c'est que cette aprés-midi j'avais un oral et j'ai adoré avoir ce truc dans la tête pendant la préparation. J'ai même failli m'écrier "Potatooooooo !" à un moment, mais vu que j'étais pas seule dans la salle j'ai du calmer mes envies de "chant" :lol:
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Blink-Sum
Nouveau lecteur
Messages : 10
Inscription : 26 juil. 2013, 10:21

Musique

Message par Blink-Sum »

Désolé si un topic existe déjà,je n'ai rien trouvé à ce sujet...enfin pas de topic générale sur la musique donc encore désolé si il y en a un...

Ici,parlez de vos groupes préférés,faites nous découvrir des groupes/artistes...

J'ai énormément de groupes préférés et aujourd'hui je voulais vous parler d'Arthica.

Image

Groupe brésilien existant depuis 8 ans,tous les membres ont été bercés par la musique celtique.Le groupe The Corrs les ont inspirés pour leur groupe et pour moi ce sont comme les bébés des Corrs,je les adore.

Plus personnellement si vous accrochez à leur musique et que vous voulez leur parler ou autre sur Facebook,je vous dit qu'ils sont très accessibles.Je parle souvent à Ivo et Dan et pour moi ils sont comme des amis et je voudrai vraiment les rencontrer et pas en tant que fan mais en tant qu'amie.Je les admire pour bien sûr leur musique mais aussi leur passion pour ce qu'ils font.Ca se voit dans leurs clips ou les représentations live qu'ils ont des étoiles dans les yeux quand ils jouent ensemble.Ce sont mes petits chéris brésiliens et je tenais à vous les faire découvrir.



Celle là est en portugais mais si vous aimez je peux vous passez celle de l'album Ways qui sont en anglais

http://www.youtube.com/watch?feature=pl ... DAiIwjPslY

Avatar de l’utilisateur
le mage amnésique
Auror Metallique
Auror Metallique
Messages : 4056
Inscription : 14 déc. 2003, 20:38
Localisation : A bord du Nostromo.
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par le mage amnésique »

Annihilator au Ninkasi Kao.

J'attendais le concert d'Annihilator comme THE concert de la fin d'année, le méssi qui allait meubler la fin d'été en fanfare et me laisser heureux aux portes de l'hiver. Malheureusement ma déception fut totale.
Passé Alison Hell et Welcome to your death qui m'ont bien picoter, j'ai commencé à m'ennuyer, le groupe enchaînant les intros faussement mélo et les mid-tempo mou du genoux (si je peux compter les pulsations c'est pas bon :mrgreen: ). j'ai attendu que ça reparte et malgré un soubresaut sans grande vaillance sur refresh the demon, il n'y rien eut pour sauver le désastre. Si j'avais attendu la fin du show, j'aurais sûrement bouger la tête sur Ambush, Ultra-motion et king of the kill qui sont bien plus nerveuses, mais le cœur n'y aurait pas vraiment été. Ces déceptions mises à part, le groupe est tout de même impeccable, leur son est toujours excellent et ils touchent leur bille à la gratte comme c'est pas permis. Moins de 48 heures après un violent accident de bus on peut dire que ça ne se ressentait pas et qu'ils n'ont pas démérité coté technique.
Je pense même que j'aurais pu pardonner tout cela à Annihilator si le staff du Kao n'avait pas fait le mariolle et sur vendu les places comme des porcs, transformant la salle du silo en bétaillère et ne laissant aucun espace pour respirer. J'ai donc été condamné à essuyer la sueur du t-shirt du mec face à moi pendant presque deux plombes. Pour couronner le tout, la masse humaine n'a pas cesser de reculer de tout le concert, nous repoussant au niveau de la console, à presque 2m en arrière de notre position initiale dans la salle.
Autre phénomène assez étonnant : le public était atteint du syndrome Motorhead, c'est à dire que le moindre enfoiré de la ville de Lyon était venu. On avait des tatas, des vieux briscards, des coreux, des bandanas, des amateurs de death qui tâche, des gens dont je ne savais pas ce qu'ils foutaient là, des fans de metallica, des types simplement saoul et même quelques supporters de foot... Résultat ça n'a pas bien bouger dans la fosse.
Le seul bilan que j'en ai tiré, et en cela je rejoins un de mes amis qui m'accompagnait : en concert, le Thrash, ça m'amuse plus vraiment, sauf exceptions (mais je continuerais d'y aller quand même).

Annihilator ça devait être trop Mainstream en fin de compte :lol: .
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Tappu Nottep
Auror
Auror
Messages : 2825
Inscription : 07 janv. 2010, 00:18
Je suis : Une sorcière
Localisation : in the Court of the Crimson King
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Tappu Nottep »

C'est probablement parce qu'ayant l'oreille moins affinée et ayant assisté à trop peu de concerts pour l'instant, je suis plutôt bon public pour ce qui est du métal, mais personnellement j'ai quand même été assez emballée par la première partie de leur performance. Il est vrai que je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus péchu, dense et rapide, et passé les premiers morceaux (le tout début était terrible, dommage que ça n'ait pas continué comme ça), ce manque de patate m'a un peu étonnée, mais j'en ai pris mon parti et me suis quand même laissée entraîner joyeusement. Techniquement c'était parfaitement maîtrisé, comme tu l'as dit^^.

Par contre, j'ai eu l'impression aussi d'une baisse de régime graduelle, soldée par l'enchaînement fatal de trois ou quatre morceaux calmes, mélodiques, qui a totalement fait retomber la sauce (si tant est qu'elle fût montée : c'était le cas en ce qui me concerne, mais je n'ose même pas imaginer la consternation ressentie par ceux qui s'ennuyaient déjà :lol: ). C'est un risque, de ramollir ainsi la cadence au cours d'un concert, et pour le coup ça n'a pas loupé.

D'une manière générale, j'ai absolument rien contre tout ce qu'est tempos lents, intros longues et transitions progressives (on se refait pas :mrgreen: ).
Mais y a un truc qui me déstabilise un peu, dans les ballades du type de celles qu'ils ont jouées à ce moment là, c'est l'impression que dès qu'on s'éloigne d'une structure de morceau un peu pointue, ou de la brutalité du tempo trash effréné, c'est pour verser dans une espèce musicalité facile (dans le mélo comme tu dis), qui est aux antipodes de ce que j'attends de ce genre de musique. Dans les cas où c'est bien dosé et bien fichu, les passages mélodiques seront juste sublimes (je ne nie pas non plus éprouver de temps à autres un plaisir coupable à ce versant un peu kitschouille ou pompier qui est le propre de certains groupes), mais il suffit d'un rien pour qu'on bascule dans le sirupeux. Comme un « effet Scorpions », un peu :lol: . Et à partir de là, j'ai eu l'impression le concert n'en finissait plus de se répandre dans une séquence émotion qui m'a laissée perplexe. Style « Phoenix Rising », aïe, j'ai vraiment du mal avec ce morceau... Je me demande s'ils n'ont pas pâti d'avoir voulu faire un set « best of » et tout public, pour contenter tout le monde.

Je suis loin d'être familière de toute leur discographie (j'avais à peine écouté Set the World on Fire avant ce concert, je connaissais surtout les deux premiers albums et un peu Refresh the Demon). Et ce qui m'a totalement conquise dans ce que j'en connaissais, c'est le côté très pointu et limite sophistiqué de la composition, qui fait qu'au total, même quand la vitesse diminue au cours d'un morceau, l'ensemble reste soutenu, et ne perd pas en intensité : ils peuvent alterner des variations de registre et de tempo, c'est toujours pris dans un enchaînement vigoureux, fait de transitions et de breaks absolument inventifs. Personnellement c'est peut-être ce qui m'aura un peu manqué, mais tout en écrivant cela, je réalise que l'image que j'ai du groupe était drôlement influencée par Alice in Hell, ce qui est assez idiot parce qu'il date d'il y a 20 ans et leur style a vachement évolué.

Par conséquent, d'un côté j'ai pas vraiment eu les vibes monstrueuses que je ressens à l'écoute de cet album, d'où le sentiment étrange de n'avoir pas vu sur scène le même groupe que celui que je me figurais en grande partie à travers ce disque. En contrepartie, une fois résignée à cela, je partais avec moins de repères et d'exigences vis-à-vis du groupe en général et de ses créations postérieures, donc beaucoup moins de recul que toi, alors j'ai peut-être pu en profiter plus bêtement (en dehors du glissement de terrain qui nous a projetés dans la vase à mi-parcours, donc^^').

Sinon, j'aime bien ta description de ce public composite, on dirait que c'était une sorte de Cour des miracles improbable :lol: (au passage : il faudrait vraiment poser un verrou temporel sur les années 90 pour y sceller à tout jamais la mode du bandana).
le mage amnésique a écrit :(si je peux compter les pulsations c'est pas bon :mrgreen: )
Haha ! Mais le mieux c'est quand il n'y a carrément plus de pulsation :D (TMTC Billy Rymer)
Image
N.I.H.I.L.I.S.T.E. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
Tappu Nottep
Auror
Auror
Messages : 2825
Inscription : 07 janv. 2010, 00:18
Je suis : Une sorcière
Localisation : in the Court of the Crimson King
Contact :

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Tappu Nottep »

Voici un compte-rendu drôlement tardif, mais qui a le mérite de rebondir sur la dernière remarque de mon post précédent (concernant les bienfaits de l'absence de pulsation :mrgreen: ) : The Dillinger Escape Plan à Villeurbanne, le 29 septembre 2013.
Au terme de ce concert, je ne sais pas si je me sens complet ou vide.
C'est sur ce paradoxe très pascalien, asséné avec une sorte de perplexité métaphysique par un inconnu à l'un de ses potes au sortir de la salle, que se conclut le concert de Dillinger Escape Plan au Transbordeur.

Moins profonde et moins philosophe que cet individu, je n'exprimerais pas les sensations immédiates que j'éprouvai à l'issue du concert en des termes aussi interrogatifs : car pour ma part, j'étais bien certaine d'une chose, c'est qu'on venait de me passer dans le tambour d'une machine à laver sur programme essorage. C'est un vrai beau morceau de violence que nous nous sommes allègrement pris dans la tronche. :jap:

Je passe sur les premières parties, Circles et Maybeshewill, pas particulièrement mémorables, si ce n'est qu'elles étaient aux antipodes du registre de la tête d'affiche (ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi d'ailleurs), et que la seconde m'a laissée un peu somnolente (un groupe de métal progressif 100 % instrumental, aux morceaux de bonne facture et aux musiciens fort doués, mais qui ne gagnait pas tellement à être vu en live). Heureusement, on pouvait compter sur ces fous-furieux de DEP pour nous sortir de notre torpeur avec toute la délicatesse du bon gros vieux réveil-matin mécanique de mamie.

Un mot sur le dispositif, d'abord : le concert avait été installé dans une petite salle au lieu de la salle principale, ce qui somme toute fut bénéfique à l'ambiance générale, puisque le public, pas si nombreux, était concentré en masse plutôt que de s'éparpiller dans un espace trop vaste. Sur scène, ils étaient bien tassés aussi, ce qui ne les a pas empêchés de sauter partout et de grimper sur tout ce qu'ils pouvaient (à savoir : les amplis, les poutres de la salle, et bien sûr, le public). L'atmosphère hystérique et psychotique qui caractérise assez bien le style de DEP était assurée par la présence de deux écrans sur la scène : ils ont diffusé pendant tout le concert des séquences d'images hypnotisantes en noir et blanc, qui s'enchaînaient avec une frénésie stroboscopique et semblaient tout droit sorties de films surréalistes des années 30 (yeux qui clignotent, membres qui s'affolent, formes baconiennes émergeant des murs, distorsion de trucs louchasses... youpi !).

Concernant le set, il s'agissait majoritairement de morceaux du dernier album, One of us is the killer, qui est un peu moins « popisant » que leurs précédents, Ire Works et Option Paralysis, dont ils ont cependant repris pas mal de titres, comme le génial "Farewell, Mona Lisa" en second morceau, et "Gold Teeth on a bum" en reprise. Exit donc les lenteurs mélodiques et les envolées émo de titres comme "Widower", le rythme était vénér tout du long, et la performance n'a connu aucun temps mort.

Un concert d'une telle densité, c'est un peu comme quand tu es gosse et que tu t'entraînes à prendre les vagues un jour de grand vent : la première te frappe de plein fouet, elle est violente, glacée, et t'emporte avec une force inouïe. Brassé par les flots, complètement sonné, tu perds un instant toute notion du bas et du haut. A peine refais-tu surface en crachotant, de l'eau salée plein les naseaux, la gorge brûlante et les paupières crispées, que tu te prends la deuxième salve en pleine figure sans avoir rien vu venir. Alors, tout en essayant désespérément de bloquer tes sinus déjà trop douloureux, tu te laisses résolument entraîner sous l'eau par la lame de fond, dans l'attente du reflux salutaire qui te laissera peut-être suffisamment de temps et de forces pour t'extirper de la scélérate avant qu'une autre lui succède. C'est grosso modo l'effet que m'a fait l'enchaînement sans répit des morceaux, toutes les fois que le groupe en entamait un nouveau, avec une agressivité renouvelée à chaque amorce. Comme s'ils nous envoyaient une grosse décharge d'adrénaline en intro pour mieux nous passer ensuite à la moulinette, et puis recommencer, encore et encore. C'est clair que c'est un peu épuisant, mais qu'est-ce que ça claque, purée ! Pour lessivée que j'étais, la fin du concert m'a quand même encore bien secouée, notamment un "When I lost my bet" tout à fait corrosif, et "Gold Teeth on a bum", et son intro super jouissive, lors du bis. :D

Malgré cette décharge d'énergie générale, les titres choisis ont fait la part belle à cette bipolarité symptomatique du groupe, avec alternance de passages purement hardcore où ça hurle et où ça va très vite (genre "Panasonic Youth" ou "Hero of the Soviet Union", des morceaux qui vous retournent comme une crêpe sans que vous n'y compreniez plus rien), et de passages plus musicaux, où le chant clair prend des accents à la Mike Patton, comme dans "Farewell Mona Lisa", "One of us is the killer", ou surtout "Black Bubblegum" (ces deux dernières flirtent avec le rock mainstream, particulièrement la deuxième, mais c'était moins marqué en concert), dont le public a scandé avec émotion les passages les plus lyriques. Techniquement, l'interprétation était vraiment top, et il est toujours impressionnant de voir des musiciens maîtriser avec ce degré de précision des compositions qui paraissent aussi chaotiques et aussi déstructurées à l'oreille. Bien entendu, le rendu était moins « propre » que sur album, mais sans qu'on n'ait jamais l'impression que c'était brouillon.

Un point légèrement regrettable était qu'on n'entendait pas toujours très bien Greg Piciato, le chanteur ; le son de sa voix était parfois couvert par le reste. Peut-être était-il un peu fatigué (ça peut se comprendre, quand on assure une longue tournée de concerts à un tel régime de voix), en tout cas, ça ne l'a pas empêché d'assurer le show avec le public, avec une énergie folle et un charisme assez magnétique, ni de s'adonner à ce qui semble être une habitude de la maison : le jeter du balcon. Ainsi, il a escaladé en quelques secondes (l'individu est musclé) l'espèce de mezzanine qui dominait la salle de plusieurs mètres, et s'est lancé dans le public sous l’œil inquiet du type de la sécurité. Les gens ne s'étant pas écartés pour le laisser s'écraser comme une merde, on a pu sentir le public authentiquement concerné :lol:  !
Spoiler (cliquez pour révéler) :
 
De manière générale, leur show c'était de la dynamite, le guitariste sautait partout, et pis ils ont tout pété, quoi (je résume vite fait, puisque ma petite taille m'a globalement empêché d'apprécier tous les détails de la mise en scène).

Bref, ce concert était un régal d'une rare intensité, il m'a laissée sur les fesses et j'en garde un souvenir ému ! :D
Image
N.I.H.I.L.I.S.T.E. du CFLM

Avatar de l’utilisateur
Scab
Amateur de la Gazette
Messages : 296
Inscription : 03 juin 2013, 03:16
Je suis : Une sorcière
Mon pseudo Pottermore : DawnPotion15909
Mes informations Pottermore : Maison : Serpentard
Baguette : Ebène, 31.25 cm, Dragon

Re: [Musique] Tracks 3

Message par Scab »

Très bon report, ça me donnerait presque envie. Mais malgré l'originalité certaine de ce groupe, la branche post hardcore et ses pendants me donne des boutons.
En tout cas tu écris très bien.


J'ai fais un petit report du dernier concert d'Indochine auquel j'ai assisté, je le laisse ici au cas où cela interesserait quelqu'un :

Report Indochine Amiens 15/10/2013

Ce n’est pourtant pas mon premier concert d’Indochine. Mais je me fais avoir à chaque fois. A chaque show, Indochine se renouvelle et vous offre une dose de pur bonheur.



Après Beauvais en début 2013, c’est encore en Picardie, destination Ô combien exotique, que je me rend voir Indochine pour le Black City Tour 2.

La matinée vient à peine de commencer, mais la télévision est déjà sur place pour interroger les vaillants pèlerins de tournée et Indocampeurs qui viennent juste d’émerger de leur duvet.

Les tentes se replient, de petits groupes arrivent au compte goutte. Pendant que tout le monde s’installe, je loue le ciel pour les heureux rayons de soleil qui nous réchaufferons toute la journée.

C’est à partir du début de l’après-midi que les flux d’arrivants vont se faire beaucoup plus réguliers.

Même si les fans d’Indochine sont toujours plus ou moins aimables, il n’est jamais particulièrement aisé d’engager la conversation avec eux. Mais il faut croire que pour une fois, j’ai eu de la chance.

Se tenait derrière moi un groupe de jeunes femmes assez extraordinaires avec lesquelles j’ai passé une journée formidable. Toutes très différentes que ce soit par l’age ou les goûts musicaux, nous avons tant rigolé qu’une fois devant les grilles, les agents de sécurité (très aimables, au passage) se sont interpellés les uns et les autres pour venir écouter nos balivernes.

En effet, l’organisation nous a longuement fait attendre aux portes, pendant que la foule, désormais nombreuse, s’impatientait derrière nous.



Une fois le branle bas le combat sonné, la cohue habituelle s’ensuivit : A celui qui sprintera le plus vite pour être au premier rang.

Nous fumes aussitôt accueillie par la première partie, Klink Klock. Une composition minimale, un guitariste backvoice et une chanteuse percussionniste, mais diablement efficace.

Ils n’ont cependant pas joué plus d’une vingtaine de minutes, timing oblige.



A peine un quart d’heure plus tard, la pénombre se fit dans la salle qui scandait fébrilement le nom du groupe. Enfin les premières notes résonnent, le rideau tombe.

Indochine entre en scène :

Image


Sur l’ouverture de Black City Parade, Nicola s’avance paré d’une veste blanche, l’écharpe autour du cou, tandis que Boris, à droite, nous a sorti son plus beau costume violet à la Gavin Kavanagh (Good Morning England).

Une avancée permet à Nicola de se déplacer au milieu de la fosse, tandis qu’au fond, une plate-forme surélève la batterie de Mister Shoes, ainsi que M.Eliard et sa basse.

A gauche se tiennent Matu aux claviers et Oli à la guitare.

Un gigantesque écran en demi cercle recouvre le fond de la scène, sur lequel tournent les images et clips que le groupe à préparé spécialement pour la tournée.



Les morceaux s’enchaînent, mêlant intelligemment nouveaux et anciens albums. On passe de « Belfast » à « La nuit des fées », de « Tes yeux noirs » à « College Boy », introduit pour l’occasion d’un jingle composé d’extrait de la fameuse interview d’une femme amalgamant homosexualité et pédophilie.

Les canons à confettis répondent présent, pour la plus grande joie du public, le son est impeccable et l’ambiance électrique.

Sur « Wuppertal », l’écran diffuse un magnifique clip d’une danseuse contemporaine. Soudainement, à notre plus grande surprise, voilà que l’écran se met à lentement entourer la fosse tandis que l’artiste continue son étrange chorégraphie tout autour de nous. Magique.



Le petit moment embarrassant de la soirée : J’avais pour l’occasion préparé une petite compilation de mes Bds concernant Indochine. Au bout d’un moment, ne sachant trop qu’en faire, je la lance sur scène. Elle tombe droit sur le chemin du chanteur, qui, d’un geste gracieux, écarte l’obstacle en la balançant un peu plus loin. Fichtre, un peu plus et l’objet serait devenu un dangereux projectile.

Image

S’ensuit un mash up de Black City Parade, avant le premier rappel.

Le groupe revient sur l’incontournable « Trois nuits par semaine », durant laquelle Nicola entame un bain de foule. Une fois de retour sur scène, Indochine nous délivre une très belle surprise en amorçant un set acoustique composé de « The lovers » puis « Le lac ».

Après une courte pause, c’est au tour de « L’aventurier » de déchaîner les foules, tandis qu’apparaissent dans la fosse une multitude de ballons de couleurs. Le public s’en donne à cœur à joie, et c’est avec un sourire béat que je m’amuse à renvoyer toutes les balles qui me passent sous le nez.

Aussitôt après, alors que sont une fois encore retransmises des images d’une esthétique fort délectable, « Le fond de l’air est rouge » retentit. Quel instant !

Magistralement interprétée, c’est certainement l’un des meilleurs moments du concert. Histoire de ne rien gâcher, des flammes jaillissent derrière la scène, renforçant la liesse de la salle.



Le groupe repart à nouveau. Puis apparaît le buste du chanteur sur l’écran. Lentement, il étend les bras, accompagnant la toile, enlaçant la fosse sous nos yeux émerveillés.

L’heure du dernier morceau à sonné. C’est sur l’air de « Pink Water » que l’on se quitte, le regard brillant et le sourire au lèvre.

Encore !



Un report ne serait rien sans la blague nulle de conclusion. Et cette fois j’ai fais fort :

Image
I.N.Q.U.I.S.I.T.R.I.C.E. du CFLM
Imagehttp://www.scabocracy.com

Avatar de l’utilisateur
Arturus
Nouveau lecteur
Messages : 3
Inscription : 27 nov. 2013, 20:24

Re: La bande son de vos vies.

Message par Arturus »

Je voudrais savoir quel est votre style de musique favori ici?

Personnellement comme dit dans ma présentation , je suis un grand fan de Hard Rock , de Trash Metal et de Musique bretonne(on peut aimer les deux même si ça n'a rien a voir ^^).
Mais bien sûr j'aime aussi beaucoup écouter de la pop et du bon rock.

Et vous , vous écoutez quoi?

Répondre

Revenir à « Hors sujet »